Aménagement de l’habitat

Etat des sols

Ø carrelage glissant lorsqu’ils sont mouillés
Ø
présence de tapis de petite taille qui deviennent rapidement un danger
o possibilité de les coller avec du scotch double face
o les supprimer si nécessaire

Ø irrégularité : très souvent, dans les vielles maisons, les carrelages ne sont pas toujours à la même hauteur
o soit d’une pièce à l’autre
o soit décalage des carreaux

Ø la PA ayant tendance à traîner les pieds ou ne pas suffisamment les soulever, ces différences de hauteur deviennent rapidement un danger.

Aire de circulation

Ces aires de circulation seront à étudier d’une façon très minutieuse car la PA aura tendance à les parcourir d’une façon réflexe et ne plus faire attention à ce qui peut les encombrées :
Ø
meuble instable qui bouge lorsqu’on s’appui dessus
Ø meuble à arêtes trop vives qui risquent de blesser au passage
Ø
fils rampants : téléphone, rallonges électriques

Aménagement d’appuis

Lorsque la PA se déplace, elle se sert aussi bien de ses jambes que de ses mains ; il faut donc aménager des zones d’appui solides :
Ø
soit sur les meubles bas qui devront alors être désencombrés et débarrasser de tout ce qui peut blesser ou tomber
Ø
soit faire installer aux endroits stratégiques des mains courantes ou des barres d’appui qui rassureront la PA dans ces déplacements

Escaliers

Ils sont la cause de la majeure source d’accidents graves pour la PA
Ils doivent impérativement être équipé d’une rampe voire deux
Ø
l’état des marches doit être impeccable pour permettre une montée ou une descente facile et sans danger les carreaux qui manquent ou qui ne sont pas fixés.
Ø
Les contres marches ne doivent pas devenir des pièges ou vont s’attraper les pantoufles, le bas du pantalon ou de la robe de chambre de la PA.
Ø
Créer un contraste visuel entre la marche et le nez de marche pour que la PA puisse évaluer d’un seul coup d’œil la hauteur de celle ci ou la différencier en descendant les marches.
Ø Ce
contraste visuel peut être fait avec un nez de marche ou la contre marche de couleur différente que la marche elle même.

Eclairage

Il a une importance toute particulière dans la mesure où les PA ont souvent tendance à vivre dans la pénombre, les volets fermés
Veiller à une intensité lumineuse suffisante :
Ø volets ouverts ou entr’ouverts
Ø lampes d’intensité suffisante
Ø lustre fourni en ampoules
Ø lampe à quartz avec variateur

Lorsque par hasard, l’éclairage artificiel est suffisant, ceux sont les interrupteurs qui font défaut ou sont mal placés
Ø on éclaire peu parce qu’on ne le peut pas
Ø les différentes prises alimentant les lampes d’appoint sont mal placées et nécessitent la présence de rallonges tout aussi dangereuses.

Il existe de petites veilleuses qui s’éclairent automatiquement grâce à une cellule photoélectrique : elles peuvent être placées sur les trajets de déplacement nocturnes si fréquents chez les PA.

Ces notions d’éclairage suffisant seront très difficile à faire admettre à la PA qui a plus tôt tendance à  » économiser la lumière  » quitte à laisser la Télé éclairée toute la journée.

WC et salle de bain


Le WC :

La cuvette est toujours trop basse pour une PA : il existe des lunettes de toilettes en plastique qui rehausse l’assise.
L’installation d’une ou 2 barres d’appui de chaque côté de la cuvette sont de bonnes aides pour s’asseoir ou se lever.
Les portes du wc devraient s’ouvrir vers l’extérieur pour qu’une chute de la PA à l’intérieur ne soit pas un obstacle à l’ouverture de la porte.


La salle de bain :

Ceci est valable pour les SdB où il faudrait faire installer des tapis antidérapant .
Pour la douche , il existe des strapontins , des tabourets entièrement en matière plastique qui permettent à la PA de s’asseoir et donc d’être plus en sécurité
Pour la baignoire , faire asseoir la PA sur un tabouret placé à l’intérieur de celle ci et faire pivoter sur ses fesse pour mettre les jambes en dedans.
Il ne faut autoriser le bain que lorsque les
robinets sont facilement accessibles car en cas de malaise, la PA ne pourra renouveler l’eau qui se refroidit rapidement.
Le
chauffage devrait être de type soufflant avec minuterie , les rampes infra rouge étant dangereuses en cas d’utilisation prolongée.

Supprimer tout système de fermeture intérieure qui devient un piège redoutable.

Accessibilité des objets d’utilisation courante

La disposition des objets d’utilisation courante se fera en fonction des possibilités de la PA qui n’a plus la mobilité de ses articulations et trop souvent les objets visuels lui sont inaccessibles.
Tout doit être à portée de mais et à hauteur d’homme : il faut absolument empêcher la PA d’être tentée de monter sur un escabeau pour prendre les draps qui sont sur l’étagère du haut dans l’armoire …

Facilité de maniements

Il faut repenser tout ce qui est portes, fenêtres, placards, tiroirs dans l’optique d’une difficulté grandissante de la part de la PA de se saisir des poignées.
Il faut
sur dimensionner les poignées de portes ou de casseroles pour une meilleure préhension.
Pour les portes de placards en hauteur, prévoir des sangles pour surbaisser la prise.
Les tiroirs devront être frottés à la bougie pour permettre un meilleur glissement.

 

Matériel d’assistance

Ce matériel servira à faciliter la vie quotidienne de la PA. :

Ø Le lit médicalisé
Ø
Le fauteuil « garde robe » qui est un fauteuil aménagé d’une cuvette WC. Prévoir un fauteuil dont les accoudoirs sont escamotables pour permettre une entrée par le côté.
Ø
Le déambulateur qui sera sanglé par devant pour empêcher la PA d’y pénétrer
Ø Le bras préhensible qui est une pince au bout d’un long manche permettant de saisir des petits objets tombés au sol, ou saisir quelque chose de léger placé en hauteur.


On peut y rajouter tout ce qui permet une bonne visualisation des objets dit  » de sécurité  » :

Ø Le téléphone aux chiffres surdimensionnés
Ø
La télécommande de la TV simplifiée
Ø
La télésécurité qui doit être bien expliquée avec des mots simples que comprend la PA

Etat de la cour, du jardin

Dans la mesure où ceux-ci existent, les consignes de sécurité et déplacement de la PA s’appliquent parfaitement à ces lieux :
Ø présence d’ornières, de dénivellement, de feuilles mortes, d’outils …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *